Ma transmission de maître REIKI

1999, ma découverte du reiki et mes initiations

J’ai découvert le reiki en 1999, avec un premier soin mémorable.

mon-coeurPar hasard, j’ai assisté à une séance de reiki. Quelqu’un (celui qui voulait se faire du bien) était étendu sur une table de massage. L’autre (le praticien Reiki) avait ses mains à 10 cm de son corps et les déplaçait lentement en suivant ses centres d’énergie principaux (ce que j’ai appris plus tard)… J’entendis au bout de 10 minutes d’énormes ronflements. Puis le praticien Reiki m’a demandé si j’acceptais qu’il me fasse une séance dans la foulée… Bon, je n’ai pas frémie d’angoisse, ça n’avait pas l’air très dangereux… Et puis une bonne sieste à ce moment là, était bienvenue.

Je m’exécutais. Il me fit asseoir sur une chaise, je devais simplement fermer les yeux. Au bout de X minutes, j’étais en pleurs. Des larmes de bonheur coulaient sur mes joues et je souriais de béatitude. Je venais de comprendre durant ce «soin » (c’est ainsi qu’on appelle ces séances) une chose fondamentale de mon passé qui mettait en lumière mes difficultés du moment!! Quelle soulagement, après les larmes, ce fut les rires. J’ai eu l’impression de respirer pour la première fois, comme si je venais de relever la tête que j’avais sous l’eau depuis des jours et des jours !

Depuis le reiki ne m’a jamais quitté. Il est devenu le plus fidèle de mes amis. Il est dans mon corps, ma tête, mes mains, mes pieds, ma volonté, dans mon enthousiasme, dans mes déboires qui ne durent plus. Il me donne des ailes, développe ma tolérance, m’aide à pardonner mes ennemis, à aimer mon prochain sans attente, à cesser la colère, me vide la tête, me donne des bonnes idées au bon moment, développe ma bienveillance vis à vis des êtres vivants, me réconcilie avec les fantômes du passé, m’aide à abandonner les cadavres derrière moi, amplifie ma joie de vivre, accompagne et facilite mon bien-être partout, chez moi, dans le bus, le métro, avec mes amis, pendant mes consultations, chez ma maman…partout!

J’ai revu régulièrement ce praticien du bien être, qui était en fait Maître Reiki (il peut transmettre cette capacité de faire du bien au travers d’un rituel et de plusieurs protocoles). Il me faisait des soins reiki.

Ce maître reiki a très vite insisté sur la nécessité de me faire initier, afin de pouvoir nettoyer au quotidien tous mes états émotionnels cumulés du fait de mon hypersensibilité et de mon métier de voyante. Initiée au 1er degré reiki en octobre 2001, j’ai effectivement vu très vite la différence sur mon état physique. Il semblait important que je passe au second degré, toujours au regard de mon métier. Je ne voulais absolument pas devenir « Praticien reiki», j’ai fait confiance aux recommandations de mon maître reiki et j’ai été initiée 2nd degré en février 2002. A l’époque je ne mesurais absolument pas les conséquences de ce passage au niveau supérieur. J’ai senti ensuite le besoin de prendre le temps avant d’accéder au degré de maître, ce que je fis trois ans plus tard, en février 2005.

Ma première transmission reiki en tant que Maître en 2005

J’ai donné ma première initiation en 2005 sur les conseils de mon maître reiki Franck Seguy et de son maître Reiki Jean-Claude Millaguet pour comprendre l’énergie de la responsabilité dans la transmission du reiki .

C’était en 2005, dans le désert : un grand moment. J’ai pleinement compris ce qu’ils cherchaient à me dire : transmettre un outil quotidien pour être mieux dans sa vie n’est pas anodin. A cette époque là, je ne me sentais pas encore assez sure de moi ni légitime pour assumer cette responsabilité ; et j’ai donc choisi de suspendre les initiations.

En 2006, j’ai repris les initiations 1er degré reiki, et mis en place des échanges reiki, échanges que nous faisions jusqu’alors dans les séjours initiatiques et vu les résultats, je me disais qu’il était vital de les prolonger à notre retour. Peu de personnes y participaient et je constatais que beaucoup, passés quelques mois, avaient complètement abandonnés la pratique du reiki.  Les initiés reiki français ou étrangers que je rencontrais au hasard des rencontres et de mes voyages ne pratiquaient pas du tout sur eux les soins reiki, ou très occasionnellement. Je les voyais douter du potentiel extraordinaire de la pratique du reiki. J’ai pris conscience peu à peu que sans expérience à long terme, il était en effet difficile de se rendre compte des bienfaits du reiki. A mes yeux cet outil extraordinaire ne devait pas être galvaudé. Je ne pouvais m’y résoudre tellement cet art m’avait amené de richesses dans ma vie.

Pendant les mois qui suivirent, je n’ai donc initié que quelques participants des séjours initiatiques que j’organisais au Maroc.

Ces personnes  pouvaient expérimenter le reiki au quotidien pendant une semaine. Le résultat était excellent à chaque fois. Si je partais avec un ou deux participants non initié, on voyait tous très vite la différence, moins de discernement, plus de fatigue, moins d’ancrage…

Je décidais alors de suspendre à nouveau la transmission du reiki en dehors des participants à mes séjours, ce n’était pas encore le moment… Je n’étais pas encore prête à transmettre au bon moment, aux bonnes personnes. Je croyais encore que tout le monde avait envie d’être heureux et que c’était simple de l’être tout le temps. Ma bonne humeur était tellement communicative que je ne voyais pas suffisamment clairement l’état de chacun.

Mes premiers soins reiki en clientèle en 2008

Reiki-marie-laure-1112Ce n’est qu’au printemps 2008 que j’ai commencé à donner des soins reiki puis à initier au premier degré reiki mais avec cette fois ci, un suivis sur 6 mois. C’est par hasard que j’ai donné deux soins reiki à quelques jours d’intervalle à deux clients que je voyais depuis 2 ou 3 ans à raison d’une à deux séances de consultation de voyance par an . C’était je pense les premiers burn-out que j’ai accompagnés.

Le jour où je les ai reçu, je les trouvais épuisée, la tête pleine et je ne me voyais pas rajouter à leur encombrement mental, mes messages de voyante. Je leur proposais à toutes deux, une séance de relaxation qui était en réalité, un soin reiki. Les deux me rappelèrent la semaine suivante en me vantant les mérites de cette séance et en me suppliant de leur prodiguer un nouveau moment de relaxation. Je leur parlais alors du reiki et leur conseillais de faire 4 soins à une semaine d’intervalle pour retrouver leur état moral et physique que je leur connaissais. C’est ce que nous fîmes.

Un mois plus tard je partais faire un séjour initiatique dans le désert avec un groupe et à mon retour, je recevais des appels de leur collègues, mari, enfant et amis. Tous était admiratifs du changement soudain de leur conjoint, collègue ou amis. Leur état avait changé en un mois. Ils étaient très curieux et envieux. Au bout de trois mois, j’avais plus de rendez-vous de reiki que de consultations de voyance. Je sentais ma responsabilité de maître Reiki qui me poussait en avant Pour prendre soin des gens et leur donner un outil pour se faire du bien et gérer leur stress.

Forte de mon expérience passée, je proposais des initiations reiki à ceux qui avait envie de prendre le relais pour rester dans ce même état de sérénité, à vie.

Je repartais en séjour chaque année avec des initiés reiki qui avaient compris la nécessité de prendre du temps pour eux et qui revenaient chaque année pour faire une retraite avec moi dans le désert de sable au Maroc ou de verdure à Bali. J’ai posé 3 à 4 échanges reiki par mois, payant et cette fois ci, tous les inscrist participaient. Nous faisions des débriefing de folie. C’était incroyable comme ces soins reiki faisait remonter nos états émotionnels cachés. Chacun se retrouvait enfin face à lui-même.

Les étatsReiki-marie-laure-staudt-1936669J’ai observé à ce moment là, à quel point, dès qu’on travaillait intensément sur le corps, les émotions,  les blessures d’enfant et tous les chocs émotionnels non déchargés, remontaient à la surface. Le corps s’autorisait à commencer à nettoyer ses secret et ses non-dits.  Rester seul face à ce remous d’émotions étaient ingérable.  Le besoin de nettoyage était important et sans un travail personnel adéquat les émotions négatives stagnent dans notre tête…

A partir de 2009, j’ai donc mis en place officiellement des coachings pour accompagner ceux qui le souhaitaient à gérer au mieux ces états, en rendez-vous particulier. Les difficultés personnels de chacun n’avaient plus à être traité au milieu d’un échange reiki, c’était important que chacun se prennent en main et décide de rentrer dans un vrai travail sur soi de développement personnel en acceptant d’aller vers une introspection.

Je me positionne alors en coach de vie en 2009

Ce fut une vraie transformation de mon activité. Je comprenais et mesurais enfin l’ampleur et l’importance de ces fameux messages que je recevais depuis le début de mon activité de voyante: prendre du temps pour soi. Prendre du temps pour se poser, se détendre, nettoyer son corps, nous décharger émotionnellement de tous ce que nous avions gardé enfermé à double tour dans notre être (les injustices, les manques d’amour, l’absence d’écoute, de bienveillance, la mauvaise foi…des adultes vis à vis de nous, enfant). Pour pouvoir quitter nos états infantiles, l’attente de réparation des parents ou de la famille, et vivre pour nous en nous réparant nous-mêmes.

En complément, j’ai mis en place, au printemps 2009, des séances de relaxation. Il était important que ceux qui avaient entrepris ce travail sur eux, puissent s’habituer à prendre des moments de pause et digérer les grands évènements de leur vie parce que ça dépotait incroyablement !

Beaucoup de personnes ont abandonné. Ce fut une période difficile humainement pour moi : en tant que voyante, je devinais les souffrances d’enfance des gens, je les voyais remonter à la surface. Mais ceux qui ne travaillaient pas sur eux et n’avaient pas de constance sur le corps s’embourbaient dans des colères anciennes réveillés par des évènements anodins. Dès lors, je ne pouvais pas les accompagner : ce n’était pas mon rôle d’être maternante, je risquais juste de maintenir en éveil leur colère. J´accompagne le mouvement, quand il y a inertie, je n’ai pas de place.

En 2010, je suis passée de 6 mois à un an de suivi reiki : les nouveaux initiés avaient souvent beaucoup de difficultés à s’intégrer aux échanges reiki et un suivi plus long permettait de mettre une présence reiki suffisante dans leur vie pour qu’ils n’abandonnent pas et finissent par venir recevoir et donner du reiki. C’était la bonne décision. Le corps a besoin d’une année pour intégrer une habitude. Prendre soin de son corps est une très bonne habitude à adopter.

Aujourd’hui, je suis coach de vie à plein temps. Mon travail d’accompagnante aide à mieux gérer son stress, ses émotions, à développer la confiance en soi et donc à suivre son intuition!

Je reçois chaque mois en séance de coaching individuelle, couplée avec un travail sur le corps de relaxation, de reiki et de retraites annuelles.

J’accompagne en coaching certains clients qui venaient me voir il y a plus de 10 ans en voyance, qui avaient déjà une vraie conscience d’eux-mêmes. Les voir de plus en plus développer maintenant une confiance en eux, me touche beaucoup. Ils deviennent peu à peu auto-référent, déplacent des montagnes dans leur vie et surtout, se sentent créateurs de leur destin et cela représente la plus grande victoire pour eux. Je me dis alors: « Encore une personne de plus, heureuse sur cette terre, elle va s’éclater maintenant! »

Je propose des formations de praticien reiki sur un an

Reiki-marie-laure-staudt-1J’ai proposé en 2011 pour la première fois en groupe une formation de praticien reiki sur un an. J’ai commencé avec deux groupes de 8 personnes. Je leur ai transmis une connaissance de l’anatomie, une ouverture sur les différentes médecines (d’occident, d’Inde et d’Asie). Ils avaient tous 2 a7 ans de Reiki derrière eux.

Je les ai conduis vers l’expérience de l’écoute du corps. Après la prise de conscience du besoin d’écouter le corps autant que sa tête, écouter leur corps plutôt que leur mental et à le découvrir dans sa manière ésotérique de communiquer. En faisant confiance à son corps, chacun devient auto-référent. Nous devenons maîtres de nous mêmes et nous développons la confiance en nous et l’intuition, deux outils précieux pour diriger sa vie. Pendant cette année, nous avons fait l’expérience du corps. Pour moi, c’est cela le niveau II en reiki, être praticien, c’est avoir expérimenté et utilisé son expérience pour accompagner les autres et pas simplement avoir appris par coeur comment faire. Il se passe tellement de choses pendant un soin qu’il est important d’avoir été supervisé pendant des mois voir des années avant de pratiquer seul.

Cette expérience m’a montré que mon travail allait bien au delà d’une transmission reiki, c’était une vraie formation à la gestion du stress et de ses émotions pour ne plus être bousculé par les autres ou tout du moins, se rendre compte de nos bouleversements et avoir des outils pour s’auto-équilibrer.

Depuis 2013, je pose un cursus de troisième degré Reiki

chakraJe suis passée contre toute attente à mon 4ème degré en 2013. J’ai compris qu’il était important de continuer ce chemin avec certains et de leur transmettre la maitrise pour qu’il puissent à leur tour entrer dans la responsabilité de la transmission de l’énergie Universelle de vie.

Pour quelques uns des initiés reiki que je suis depuis 2003, je propose un parcours particulier pour aller vers un troisième degré reiki. Ce troisième niveau est en quelqu sorte un parcours de maitrise.

– Au premier degré, je prends conscience de mon corps, de mes difficultés, de mes déstabilisations.

– Au 2ème degré j’expérimente des outils (relaxations, soins reiki, respiration, auto-massage, repos, retraites) pour mieux gérer mes états émotionnels.

– Au 3ème niveau, je suis auto-référent, je maîtrise mes bouleversements en les prenants en main sans attendre et en sachant quoi faire pour me rééquilibrer.

Que du bonheur

Je ne pensais pas il y a 13 ans quand j’ai découvert le reiki, faire ce long chemin. Je suis heureuse d’avoir eu confiance en cette pratique dès que j’en ai fait l’expérience. J’ai écouté mon corps, mon cœur et je n’ai jamais été déçue par le reiki. C’est tellement en accord avec ces messages que je recevais sans cesse sur une meilleure gestion de soi-même que je me dis que l’Univers est grand et quand on fait confiance et qu’on s’ouvre aux autres, on a toujours de merveilleux cadeaux! C’est cela je crois le lâcher-prise.

Je me sens à ma place dans cette guidance du cœur comme me le disait une toute jeune initiée reiki.

Je suis ravie d’accompagner ceux qui le souhaitent, vers la maîtrise de soi. Se sentir en accord avec ses pensées, paroles et actions donne un vrai sens à sa vie et nous mène vers notre destinée!

2 thoughts on “Ma transmission de maître REIKI

  1. Le reiki, on peut le voir comme une méthode de guérison miraculeuse qui va nous sauver de tout, ou bien un outil qui va nous aider à nous prendre en main. Ce que j’aime dans ta transmission du Reiki, c’est que tu t’es positionné dans la responsabilité personnelle que développe le Reiki et pas dans l’illusion de la guérison miraculeuse. C’est une transmission avec laquelle je suis complètement en accord. Je suis content que mon lien au Reiki soit passé par toi.

  2. Merci de m’avoir transmis ce merveilleux outil il y a un peu plus de 5 ans maintenant. Tout le parcours sue tu décris et que j’ai eu la chance de suivre, fait qu’aujourd’hui je me sens vraiment bien dans mes baskets, plus heureuse et confiante dans la vie, plus en harmonie avec les autres et moi même de jour en jour. Merci à toi, merci au reiki (((-;

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *