Le corps a toujours les derniers maux

IMG_20140930_154230Je prends un soin particulier depuis quelques années, à m’occuper de mon corps, à travers mon alimentation, un repos plus intense et fréquent, de la relaxation, des massages, de l’acupuncture et du sport depuis la rentrée…

Besoin de se poser quand on travaille sur soi

Je sais et connais le besoin de se reposer quand on traverse sans arrêt de grosses étapes de vie les yeux ouverts. Je me repose 100 fois plus qu’avant et pourtant ce n’est pas encore suffisant au vue de tout se que je traverse. Notre corps est un bon messager. C’est lui que j’ai décidé d’écouter dans cette vie plutôt que ma tête et aujourd’hui je suis persuadée que c’est le meilleur choix pour moi. Mon corps intensifie ses messages pour ne plus laisser de place à mon mental, pour lui enlever de plus en plus le contrôle sur ma vie. Je sais que c’est la raison principale de la difficulté de chacun à en venir à développer les soins du corps à travers l’alimentation, le sport, la relaxation ou le repos.

La vraie difficulté qui nous empêche de lâcher le mental

On sait intuitivement qu’une fois qu’on se reconnecte à notre corps, on perd petit à petit le contrôle mental sur notre vie. On est naturellement obligé de vivre d’avantage dans le présent avec plus de spontanéité et de sincérité. Cela fait peur de ne plus pouvoir tout contrôler. On entre dans des zones de danger parce que c’est alors l’inconnu, on est sortis de nos zones de sécurité que nous maîtrisions bien…

“Que vont penser les autres si je commence à dire tout ce que je ressens?

Vais je pouvoir rester dans ce confort matériel alors que je sais que je ne suis pas à ma place si je ressens physiquement de plus en plus mon malaise?

Branché sur mon cerveau, je contrôle tout, je peux justifier mes fuites et mes lissages et je ne vois pas à quel point ma vie est ailleurs. Si mon corps fait des siennes et expriment ce qu’il ressent, je ne pourrai plus faire semblant longtemps…”

La maladie nous donne du temps pour réfléchir

Je tombe très malade régulièrement, au moins une fois par an depuis 4 ans, le moment où j’ai décidé de me consacrer plus à mon accompagnement professionnel au corps.

Le dernière fois c’était au printemps 2012.  A chaque fois, je suis obligé de m’arrêter, chose que je ne connaissais pas (ou que je ne m’accordais pas) pendant mes 20 années d’activité professionnelle. Ce temps que la maladie me donne et que je fini par accepter de m’accorder, m’ouvre les yeux plus fortement encore sur la beauté de la vie, sur l’importance du temps qui passe et sur le plaisir à prendre dans chaque instant.

Est-ce le travail ou le plaisir de vivre qui doit diriger ma vie ?

La réponse est venue très vite. Nous faisons l’expérience du libre arbitre dans cette vie. Il n’y a que nous qui pouvons nous accorder de vivre intensément notre vie. Et nous sommes responsables de passer à côté de notre bonheur. La vie est courte et la seule chose dont on soit sure, c’est qu’on mourra tous un jour. Les années passent vite quand on se remplit la vie, comme un œuf.

Le corps ce messager

Alors j’écoute mon corps et j’essaye de comprendre pourquoi il se manifeste ainsi aussi violemment. Si ce n’était pas aussi terrible à chaque fois, je serai capable de lisser… Et cela on sait tous bien le faire. Je sais, à travers mon expérience reiki maintenant que le corps est un messager. Et le plus incroyable c’est qu’au moment où je comprends son message et que je l’écoute vraiment, dans les heures qui suivent, la maladie s’arrête… Et ma vie prend un autre tournant plus sage.

J’en arrive presque à remercier la maladie! Mon corps est un sacré voyant… Et vous avez le même messager en vous!

 

1 thought on “Le corps a toujours les derniers maux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *