“Eat” de Gilles Lartigot pour survivre dans cette jungle alimentaire

no images were found

Il y a un mois pendant la période de Noël, j’ai passé un week-end à Strasbourg, chez mon amie d’enfance depuis toujours végétarienne “laxiste” et végétalienne depuis 2013. C’était amusant de goutter des plats préparés sans œuf et sans produit laitier du tout, y compris les gâteaux. Une expérience riche et intéressante pour moi qui suis si curieuse et gourmande. Toutes deux, filles de la campagne lorraine, élevées au milieu de potagers et de fermes, nous nous partagions nos recettes et trouvailles de citadines pour manger sainement. Et surtout pour ne plus nous faire du mal au bidon en mangeant des produits industrialisés exempts de naturel et d’authenticité… Nous qui nous enfilions ados des baguettes de pain coupées en deux, tartinées royalement de nutella:o(

no images were found

Nous étions loin de ce temps là. Il y a trop de cochonnerie sur le marché aujourd’hui.

En me voyant plonger pendant l’après midi dans un livre que je traînais avec moi dans chaque pièce lors de papotages, elle me l’offrit pour Noël. Elle en avait commandé quelques uns comme cadeau de Noël, pour faire passer la bonne parole à ses amis. Autant offrir utile pour Noël ;o) .

Quel extase de découvrir l’expérience d’un homme qui a décidé de parler enfin au grand jour de tous ces abus de notre société de consommation! Les grands industriels oublient de préserver notre race et ont abandonné toute intégrité au profit du profit tout simplement. Et personne n’ose vraiment dénoncer ces malversations dans les médias depuis 20 ans ou si peu

Quand je vois qu’on peut réunir le Conseil d’Etat dans un même journée alors que cela ne s’était jamais produit auparavent pour empêcher un comique de jouer sur scène et qu’on laisse allégrement de gros industriels continuer à vendre des produits toxiques pour le malheur de nous concitoyens… Dieudonné aura servi à nous montrer que légalement, tout est possible, qu’il en soit béni.

Je remercie mes amis de fonctionner aujourd’hui en réseau pour faire passer l’information au plus grands nombre. Merci à cette ère des tribus où nous pouvons transmettre plus vite l’information qu’à l’époque des indiens d’Amérique avec leurs nuages de fumée! L’info peut traverser les océans en quelques secondes…

J’ai lu et relu ce livre et il a tellement fait écho à ma vie, à mon expérience et à cette volonté de protéger les siens que je me suis débrouillée pour aller à la rencontre de l’auteur, Gilles Lartigot. J’en ai profité pour lui demander une interview.

no images were found

Ce livre s’appelle “EAT Les chroniques d’un fauve dans la jungle alimentaire”

Gilles Lartigot donne une conférence le jeudi 30 janvier à l’Eglise St Rita à Paris. C’est ici

Inscrivez-vous tout de suite si vous êtes libres, vous ferez une double bonne action, la moitié de la recette sera reversé à l’Eglise St Rita qui est menacé de démolition par la ville de Paris.

C’est parti pour l’interview! Un immense merciiiiiiiii

Qui es-tu Gilles Lartigot?

Tu as écrit ce livre “EAT”  est ce que tu pourrais nous parler de ton parcours?

Gilles Lartigot: “Tu as sans doute remarqué que je de parle pas de mon parcours ni dans mon livre, ni dans ma biographie. Je peux parler de mon passé professionnel dans mes conférences lorsque je décrypte les publicités ou la puissance des loobies dans les médias par exemple. Mais je ne tiens pas à en dévoiler plus pour le moment.”

Ce livre “EAT”

Qu’est ce qui a déclenché ton envie de transmettre tes découvertes?

Gilles Lartigot: “Plusieurs éléments forts. Les enquêtes d’investigations que nous avons mené ma compagne et moi dans l’élevage industriel. Une grande majorité d’entre nous ne sont pas au courant des conditions concentrationnaires qui sont infligés à nos animaux d’élevage. En France, on tue 3 millions d’animaux par jour dans les abattoirs. 3 millions par jour !”
Ensuite, nous avons découvert la puissance des lobbies de l’agro-alimentaire qui influencent les décisions que prennent les agences gouvernementales de santé publiques, les décisions que prennent nos hommes politiques au niveau national mais aussi au niveau local. Ces personnes ne sont pas là pour protéger notre santé mais l’intérêt des industriels.
Nous sommes face à une intoxication à très grande échelle de nos enfants dès leur plus jeune âge par les perturbateurs endocriniens, la nourriture industrielle, les additifs alimentaires dans les produits transformés par les industriels. Nous sommes arriver à un point critique que l’on se doit de dénoncer pour préserver le futur de nos enfants.
Nous vivons dans un monde toxique, on nous ment, on nous manipule par la propagande des médias, on nous diverti pour mieux nous rendre esclave d’une société qui dégénère.
Je veux dénoncer la matrice que l’on nous impose, je veux délivrer mon message pour éveiller des consciences car il n’est pas trop tard. La solution est en nous. Par nos choix quotidiens car nous avons le choix de notre alimentation. Le boycott est la meilleure des armes. Le choix de notre mode alimentaire est un acte politique fort, c’est une forme résistance contre ces structures de pouvoir hégémoniques, une forme de résilience.

Tes découvertes et prises de consciences: Qu’est ce qui t’a le plus marqué dans tes recherches. Ta plus importante compréhension? La plus bouleversante? La plus difficile à acter dans ta vie?

Gilles Lartigot: “Je crois qu’il y a autre chose qu’une simple vie, ici, sur terre. Nous avons une légende personnelle à accomplir. Je souhaite à chacun de la découvrir.”

Qu’est ce qui a radicalement changé dans ta vie?

Gilles Lartigot: “Mon mode alimentaire. Mes rapports avec le vivant, que ce soit avec mes semblables, avec les animaux, avec la nature. Je n’avais pas conscience de cela auparavant.”

Tes habitudes alimentaire

Y a-t-il eu un Avant et un Après?

Gilles Lartigot: “Oui, avant je n’avais pas conscience du pouvoir de l’alimentation vivante, des bienfaits extraordinaires des végétaux.”

Etait-ce facile de changer d’alimentation?

Gilles Lartigot: “Oui, c’est très facile du moment où l’on est motivé par le faire. On en ressent les bénéfices immédiatement. Le chemin est long, certes, mais c’est tellement agréable de savoir que l’on mange pour se nourrir et non pour se gaver ou par simple gourmandise. Il se passe des choses dans le corps et dans la tête. Chacun peut en ressentir les effets.”

Sur combien de temps s’est transformé tes habitudes alimentaires?

Gilles Lartigot: “Nous avons commencé début 2010 et nous continuons à apprendre tous les jours.”

Le plus facile et agréable et le plus difficile à acter dans le quotidien?

Gilles Lartigot: “J’aime cuisiner. C’est très facile car généralement ce que je prépare demande peu ou pas de cuisson. Le plus difficile c’est de trouver les bonnes sources d’approvisionnements. Comme nous avons beaucoup déménagé ces 4 dernières années, nous avons à chaque nouvelle destination, cherché les paysans locaux, des marchés locaux (uniques en France car quasiment inexistants aux USA et au Québec), des coopératives locales, etc… ça demande du temps mais la nourriture est une de nos principales priorités.”

Tes repas types ou tes réflexes alimentaires santé?

Gilles Lartigot: “J’évite de dire ce que je mange au quotidien pour ne pas influencer mes lecteurs. Chacun se doit de trouver les aliments qui lui conviennent et que l’on peut se procurer localement. Je mange différemment selon où je vis, dans le sud de la France, au Quebec ou à New York City par exemple. Par contre j’ai des réflexes que je garde en tout lieu. Du jus d’herbe de blé en poudre (pratique à emporter) que je prends tous les matins, du miso, du tamari, de l’huile d’olive ou de l’huile de coco, des noix, du miel, de la poudre de riz germé, etc… un tas de petites choses qui me permettent d’agrémenter mes repas au quotidien, peu importe où je me trouve. D’ailleurs lorsque je suis en tournée avec des musiciens, je leur prépare mon « Kit de survie alimentaire » avec ce genre d’aliments. Je fais régulièrement des entrevues sur www.heavymetalfood.com avec des musiciens conscientisés (ils ne le sont pas tous) car je garde des liens fort avec la musique.”

Nous aider à changer

Pour faire bouger les choses à notre niveau de consommateurs, est ce que tu es pour le boycotte de certains produits de consommations? Si oui, Lesquels?

Gilles Lartigot: “Oui, le boycott est notre arme car ceux qui nous empoissonnent veulent une seule chose, notre argent ! Personnellement, je ne consomme plus dans les fast food, je n’achète plus de produits industriels transformés, plus de légumes et de fruits remplis de pesticides, plus de sodas, de plats préparés, etc… Attention, je ne suis pas un extrémiste, je craque de temps en temps pour un magnum quand je vais au cinéma, une ou deux bières en concert et régulièrement sur des pains au chocolats ou des viennoiserie de mon boulanger le dimanche matin quand je suis dans le sud de la France. Je les apprécies d’autant plus que ça reste exceptionnel 😉 Je parle de rigueur pour l’alimentation au quotidien. Par contre, je ne déroge jamais pour la viande et les fast food. Ça non, je ne peux plus. Je ne veux plus car je sais la souffrance animale et la misère humaine qu’il y a derrière ça.”

Que devons nous éviter dans notre alimentation pour une bonne santé?

Gilles Lartigot: “Il faut se diriger vers des aliments non transformés, non pollués par des produits chimiques, essentiellement des végétaux, éviter les produits industriels, les sodas, les sucreries. Il faut savoir que la viande d’aujourd’hui est toxique car nos animaux sont nourris à base de grains et non de fourrage comme par le passé. Par ce fait, la viande contient des omégas 6 qui créés des inflammations et qui rendent notre corps acide. De plus les animaux reçoivent des quantités massives d’antibiotiques ce qui fait que nous résistons aux traitements antibiotiques. Ces médicaments les font grossir plus vite et les protège des conditions concentrationnaires dans lesquels ils grandissent.”

Si tu devais donner :

Tes 3 conseils précieux alimentaires pour être en bonne santé et respecter l’environnement ?

1/ Acheter local, si possible directement aux paysans. Que notre argent récompense leur dur labeur et non les actionnaires des supermarchés.
2/ Prendre le temps de cuisiner ses repas pour soi et pour sa famille.
3/ Diminuer sa consommation d’animaux d’élevages.

Tes 3 plus importants conseils de vie ?

1/ Vivre ses rêves, ne pas rêver sa vie, se donner les moyens de les réaliser en faisant fi du conformisme et sans avoir peur de transgresser les normes établies.
2/ Avoir confiance en soi, peu importe les médisants et les envieux, tous ceux qui veulent nous tirer vers le bas.
3/ Savoir donner. Aider les autres, transmettre ses convictions, son savoir.

Conclusion:

Peux tu résumer le message qui compte le plus pour toi?

Gilles Lartigot: Aide-toi et le ciel t’aidera.

Merci gilles ta conclusion me parle bien ;o)

 

9 thoughts on ““Eat” de Gilles Lartigot pour survivre dans cette jungle alimentaire

  1. Merci pour cette découverte. Je me vois de plus en plus “errer” dans cette jungle alimentaire, dégoutée par de plus en plus de produits que je repose sur les linéaires après avoir lu la composition. Je mets de plus en plus de conscience sur ma nourriture mais j’ai encore un bon bout de chemin à parcourir. Je pense que cette conférence me fera l’effet d’un électrochoc ((-;
    Bravo et merci pour cette interview. Encore!!

  2. Merci pour cette interview car à vrai dire…. j’avais un peu de mal à accrocher avec le monsieur (vidéos youtube) même si son discours me parle évidemment bcp bcp et là, après lecture, finalement je me dis que j’ai peut-être plus intérêt à le lire !
    Tu as raison pour le “réseau”, merci ! merci à tous !

    ps : rien à voir avec le sujet mais j’adore les photos qui tournent ! magnifiques !

    1. Ne pas se fier aux apparences… :o) même si nos masques sont bien utiles pour avancer protégé… Lis son livre et fais passer, il dit tout haut ce que nous pensons tout bas…. Avec plein de recttes en plus pour manger sainement :o)

      1. oui je vais me laisser tenter !
        en fait ce n’est pas l’apparence, mais plutôt sa façon de dire les choses,un peu trop “hard”, brut de pomme ( et pourtant ce n’est pas le chochottisme qui me caractérise ! cf Flo ! ) pour moi même s’il a raison sur le fond, l’entendre dire ce cette façon me dérange… je dois avoir besoin de plus de douceur moi en ce moment ! ;-p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *