Le 3ème et 4ème degré REIKI

reiki-marie-laure-17Le Reiki est un chemin vers soi, un parcours initiatique

Dans mon parcours Reiki Usui, je fais partie des personnes à qui on a transmit un cadre différent de son origine.

Le Reiki comporte plusieurs niveaux. On est initié-étudiant, praticien-accompagnant puis maître-enseignant.

Le Reiki est un chemin initiatique avant d’être une méthode de soin pour les autres. Le Reiki n’est pas à proprement parler un métier à développer. C’est avant tout un accompagnement de soi puis des autres vers un mieux être, vers le cœur de ce que nous sommes. Le Reiki est une voie pour se découvrir en prenant du temps pour soi, en se reconnectant à son corps, à son âme, à son esprit, autrement. Le reiki nous conduit vers la paix intérieure qui nous permet naturellement d’arrêter la lutte, les combats, les peurs et d’aller vers la voie du cœur, de la tolérance, de la douceur, vers l’amour inconditionnel.

Mikao Usui son fondateur au début du 20ème siècle a instauré ces trois étapes dans le Reiki. Après la seconde partie du 20ème siècle, ses héritiers ont imposé un 4ème niveau de Reiki en séparant le degré de maître en deux parties.

Devant la grande rapidité de transmission du Reiki sans laisser à l’individu le temps d’intégrer ces étapes, ce 4ème degré a imposé aux maîtres de niveau 3 de ne pouvoir initié qu’au 1er et 2e degré Reiki; soit de donner des outils de développement personnel et d’accompagner ensuite chaque personne vers sa responsabilité d’accompagnant. On accompagne l’individu dans une pratique du Reiki, dans une expérimentation personnelle avant de pourvoir transmettre directement l’état de maître enseignant.

Comment transmettre ce long parcours initiatique si on n’a pas pris le temps de l’expérimenter par soi-même?

Depuis une vingtaine d’année, on peux trouver des maîtres qui transmettent les 4 degrés reiki en quelques semaines ou le premier degré reiki sans les 4 soins initiales.

Le résultat de tout cela est que les initiés reiki oublient cet outil par manque d’expérimentation ou en l’utilisant peu, s’installent dans une croyance qu’ils sont mal initiés ou qu’ils ont besoin d’un niveau plus fort pour en ressentir les effets. C’est en pratiquant des soins reiki sur soi qu’on ressent de plus en plus cette Energie Universelle de Guérison et pas simplement en recevant une initiation.  Le reiki n’est pas un pouvoir qu’on transmet, c’est un chemin qu’on emprunte vers soi pour se découvrir, pour enlever les couches de notre Ego qui ont fini par dissimuler notre vrai nature.

Je sens que c’est la raison principale qui a décidé à l’époque, l’Alliance Française de reiki (dans les années 80) d’imposer ces 4 degrés et non uniquement par besoin commerciale et mercantile comme je l’ai entendu dire souvent.

J’aime cette idée de laisser le temps de l’expérimentation de cette Energie Universelle de Guérison qu’est le Reiki pour en ressentir l’essence, pour la laisser vivre dans son corps, pour développer une maîtrise par l’expérience et non par un diplôme qui donne accès à une transmission orale qui ne repose sur aucune expérience personnelle.

J’ai eu la chance d’avoir un maître qui utilisait le Reiki chaque jour dans sa vie, qui en a fait son compagnon de route et qui m’a transmit le relais en étant conscient de l’impact dans notre vie de cette Energie de Guérison. Le Reiki nous aide à soigner nos blessures, à avoir la force d’accepter nos faiblesses, de nous reconnaître tel que nous sommes aujourd’hui et nous accompagne à choisir qui nous avons envie d’être.

Je vous souhaite un merveilleux parcours aussi enrichissant humainement que le mien… Le mien n’est pas terminé… Je vous en parlerai plus longuement très bientôt…

 

5 thoughts on “Le 3ème et 4ème degré REIKI

  1. Je suis bien d’accord avec cette idée de chemin, je suis très étonnée du nombre de personnes initiées au premier, ou au second degré que je croise et qui ne se font plus de soi, el tout se résume à un manque d’accompagnement: dans le tems, mauvaises expériences avec le reiki et pas de vrais échanges avec le maître reiki, des initiations expresses, pas de vraies information sur le sujet. Je suis pour ma part ravie que tu te sois trouvée sur mon chemin pour m’initier au Reiki. Pour ma part, l’envie de transmettre le Reiki est là et bien là, je fais mon chemin.

  2. Alors oui toi tu es dans l’expérimentation à fond depuis des années, le reiki est bien en toi ;o))
    Heureuse de cette transmission! Et je vois grâce à toi que tous ceux qui utilisent au quotidien cette pratique changent radicalement de vie… Et sont plus heureux, plus autonome, plus intègre…. +++++++++++++
    Rien à voir avec l’initiation, c’est le chemin personnelle qui est important et de nos jours se consacrer du temps chaque jour relève du miracle si on ne nous accompagne pas à le faire au début…
    Merci pour ton témoignage!

  3. Le reiki n’est pas un pouvoir qu’on transmet, c’est un chemin qu’on emprunte vers soi pour se découvrir, je suis d’accord avec ce que tu dis Marie-Lore, je suis initiée au 1er stage du 3ème degré et je me suis arrêtée là… à un moment de manque de conviction dans ma vie et dans la façon dont on me le transmettais par rapport aux symboles, cela dit je l’utilises régulièrement pour moi, mais sur les autres je manque de pratique, surtout pour n’avoir pas pu aller aux pratiques régulières.

  4. Merci pour ce texte.
    Je me souviens de mon impatience du début avec un petit sourire.
    Bien contente finalement de prendre le temps de travailler sur moi en profondeur et de progresser à cette vitesse là sur mon chemin Reiki.
    C’est nécessaire. Je sens aujourd’hui que c’est ancré et je me sens aussi plus juste dans mon rôle d’accompagnante, grâce à cela.

  5. Oui, le reiki me permet d’avancer sur le chemin pas à pas, étape après étape, jour après jour. Au début, ce n’était pas gagné : je n’avais jamais pratiqué quelque chose de manière régulière et sur la durée! Sans toute cette transmission et le suivi qui m’ont permis de rentrer dans l’expérimentation pour me rendre compte par moi même au fur et à mesure combien le reiki m’aidait, je n’aurais jamais instauré une constance. J’aurais effectivement lâchée au bout d’un moment.
    Aujourd’hui, le reiki fait « simplement » partie intégrante de ma vie et il ne me viendrait pas à l’idée de ne plus pratiquer.
    Merci de m’avoir transmis le reiki de cette manière, en étant aussi attentive à mon rythme et au temps qui m’était nécessaire pour me sentir prête à passer du premier au second degré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *