Entrez dans la danse pour booster votre développement personnel

20130119_161818Yoga, shiatzu, massage, acupuncture, reiki, sport, relaxation, repos, chaque activité physique faite avec constance et persévérance apporte une ouverture différente sur la vie, notre regard change, on analyse plus, on ressent.

En psychanalyse, psychologie, PNL par exemple, on va stimuler le cerveau pour comprendre notre vie, notre passé, nos difficultés.

Avec une activité physique, on va faire appel au corps pour ressentir les choses. On va réveiller les émotions pour devenir auto-référent et créateur de nos vie. Quand on se sent bien en pensant à notre travail lors d’une relaxation par exemple, c’est une évidence pour nous de continuer sur cette voie. En revanche quand on s’endort, on s’agace et on se sent mal, on sait au fond de nous (si on s’avouait la vérité) que cela ne nous correspond pas aujourd’hui. On sent bien qu’il serait mieux pour soi d’arrêter ou de remettre à plus tard notre activité mais notre tête ne nous accorde pas de suivre cette vérité bien planquée aux tréfonds de nos entrailles…En ressentant physiquement les évènements et nos projets, on va aller au-delà de la compréhension intellectuelle et entrer plus facilement dans l’expérience, dans le concret. Le ressenti est notre moteur pour entrer dans une réalité matérielle autre.

Le cerveau a besoin de comprendre intellectuellement pour se décider à faire ou à ne pas faire. Il va peser le pour et le contre par rapport à ses croyances, son éducation, ses repères anciens, son vécu et ses peurs aussi…

Le corps lui, a besoin de toucher, de vibrer, de frissonner, d’entendre, de ressentir du bien être ou de la douleur pour se sentir vivre et comprendre ce qu’il aime ou déteste. « Je me sens bien, je suis bien là où je suis »,  » Je me sens mal, je ne fais pas quelques chose que j’aime. C’est aussi simple que cela.

On choisit inconsciemment celui qu’on préfère écouter… Le corps ou le cerveau, ou les deux…

Alors pourquoi utilise-t-on plus adulte notre mental pour choisir notre vie ou les actions à mener que notre corps?

Enfant ce n’était pas très simple à gérer de ressentir les choses, les êtres, les évènements sans pouvoir agir librement. Aller dire à ses parents que les cours de math nous ennuient alors qu’ils projettent pour nous une école d’ingénieurs chimistes ou la fac de médecine… Pas si simple, n’est ce pas? Alors par protection, pour ne pas ressentir violemment nos déceptions, notre besoin d’amour, de câlins, notre tristesse, on s’est coupé de ce ressenti et on a préféré les rationalisé pour trouver une justification  à notre mal-être, pour expliquer pourquoi les adultes autour de nous ne nous respectent pas dans notre personnalité propre.

Du coup, c’est notre tête qui dirige notre vie en suivant la voix de la raison… Et cette voix là nous amène pas vraiment sur notre chemin… Et souvent nous laisse dans une immobilité forte entretenue par des peurs… Peurs de la crise, peur de changer de travail, peur de l’inconnu, peur du futur… On manque totalement de confiance en nous dans la vie, et dans les autres…

Sans se rebrancher au corps adulte, on va continuer à chercher des explications à tout sans bouger, sans changer dans notre vie quoi que ce soit… On lisse, on absorbe, on ravale, on courbe l’échine, on attend, on critique ce que les autres font ou ne font pas, on commente les exploits de notre entourage, des stars à la TV, des grands sportifs à gros salaire, on les jalouse en secret, on les admire, mais on ne mène aucune action concrète pour soi. On tourne en boucle dans sa tête comme un hamster dans sa roue.

2016-03-14-06-10-34Les souvenirs de nos états d’âme d’enfant ne nous encouragent pas du tout à le faire… On fait plutôt tout le contraire, on s’enfonce dans notre mental qui tricote et tricote sans fin un chandail qu’on ne portera jamais… Parce que notre spécialité est de tailler un short aux autres… Pour soi on risquerait de voir nos rondeurs prises avec l’âge… Et de trouver cela moche et de s’en vouloir et d’être déçu et de se rabaisser à nos yeux et de craindre le regard des autres, et de se sentir mal…. Ah oh oui taillons plutôt un short à notre voisin, c’est moins impliquant et comme cela non seulement on se voit pas, mais les autres regarderont ailleurs et ne risqueront pas de nous parler, de nous dire une vérité qui nous déstabiliserait .. Alors notre mental, on préfère le conserver longtemps… Parfois toute notre vie. Avec un gout amer de ne pas nous sentir à notre place.

Retourner vers des sensations physiques, c’est se rebrancher à ses émotions, c’est se retrouver, c’est entendre son propre Echo, c’est découvrir la voie du coeur.

Vous voulez changer de vie et ne pas passer à coté du bonheur?

Arrêtez votre disque rayé et passez à la danse!

 

6 thoughts on “Entrez dans la danse pour booster votre développement personnel

  1. 🙂 dis donc vous êtes branché madame, j’ai mis aujourd’hui même un article pour parler de mes nouveautés et de la reprise des ateliers de danse

    1. ah ah c’est dingue, je voulais mettre un lien et je me suis dit, « ben pas sur qu’Hadda continue ce blog comme ça… » Génial, je vais lier ce texte alors!!

  2. et pour revenir sur ce que te dit oui se rebrancher au corps c’est un pur plaisir et plus je me sens bien dans mon corps, plus je sais que je suis bien dans ma vie et quand il tire la sonnette d’alarme c’est que je planque un truc (en ce moment il a fait fort)
    vive la danse, vive le mouvement

  3. Trop fort!
    Hier j’ai été me renseigner pour des cours de zumba à côté de chez moi, je fais un cours d’essai samedi ((-; Un premier pas vers la danse, mon rêve depuis…20 ans! Je me suis dit hier : depuis le temps que tu veux le faire et que tu touilles en osant pas, c’est le moment. Et ça aidera encore plus à débrancher le mental. Je sens de plus en plus qu’il me manque cette dimension dans ma vie de me dépenser physiquement dans une activité qui m’éclate; en plus du reiki et des relaxations.
    Merci à toutes les deux, ça me motive encore plus. Passez une belle journée

  4. On danse à la maison, c’est gratuit et on s’éclate. On chante aussi, ça fait travailler le souffle en même temps qu’on danse. Je dis « on » parce que nous faisons souvent ça avec mon mari et notre fils :-)) Et puis on marche régulièrement. Ces derniers temps un peu moins à cause du froid et de l’humidité, c’est plus court et pas forcément tous les jours. Bref, bouger mon corps est un souvenir d’enfance vital que j’entretiens de mon mieux 😉

  5. Ouais, bon, ça vient … (la motivation ^ ^)
    Je sais bien que le plus dur est de m’y remettre, ensuite c’est du plaisir !
    Merci pour ce rappel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *