Mikao Usui fondateur du Reiki

mikao-usuiMikao Usui est le fondateur du reiki

Je suis entrain de créer le passeport Reiki et en reprenant les dates de naissances et de décès de ma lignée reiki, je me suis rendue compte que Mikao Usui était né un 15 aout, le jour de la Saint Marie, c’est-à-dire aujourd’hui et il est décédé un 9 mars, le jour de mon anniversaire et le jour de la mort de mon père. Belles coincidences pour moi…

Alors je me suis dit que j’allais partager avec vous la description que fait Wikipédia de Mikao Usu pour en savoir plus. Je ferai des recherches personnelles plus poussées plus tard.

Mikao Usui (source Wikipédia)

Dans sa jeunesse, il étudie le Kiko au temple bouddhiste de Tendaï sur le Mont Kurama, au nord de Kyoto. Le Kiko (le terme Kiko est apparu au Japon dans les années 70) est une version japonaise du Qi Gong.

Vers 1894, ses recherches l’amènent à rencontrer Watanabe Kioshi Itami, qui lui apporta des éclaircissements et qui lui valut de se convertir du Tendaï au Shingon. Le mot Shingon signifie « parole vraie »; c’est la traduction japonaise du mot sanskrit mantra qui désigne la prière mystique en Inde. Son idéal se résume dans la phrase « Sokushin-Jōboutsu », qui signifie « devenir bouddha dans cette vie avec ce corps ». Aujourd’hui avec environ 12 millions de fidèles c’est un des courants majeurs du bouddhisme japonais et l’une des plus anciennes lignées du bouddhisme tantrique, le vajrayana.

Mikao Usui aurait suivi des études en médecine et en psychologie mais ses capacités de guérisseur lui auraient été révélées au cours d’une « expérience transcendantale de mort imminente ». Il changera souvent de profession : homme d’affaires, journaliste, employé de bureau et grâce à sa formation aux arts martiaux, il deviendra garde du corps de Shinpei Goto qui fut maire de Tōkyō. En 1914 ses affaires périclitent, il décide de devenir moine bouddhiste.

En 1922, suite à une retraite de 21 jours sur le Mont Kurama-yama (pratique que l’on nomme Shyu-Gyo), il reçoit l’enseignement des bases du Reiki dans une illumination (le satori).

Il s’installe a Tōkyō pour soigner et crée un centre de guérison Reiki, puis un autre à Harajuki, il développe son enseignement en 6 degrés. En 1923, alors qu’un puissant tremblement de terre suivi d’une grippe ravagent Tōkyō, Mikao Usui et son équipe travaillent à soigner les rescapés, ce qui lui vaut de se faire remettre par l’Empereur le « Kun San », la plus haute récompense japonaise.

L’ouverture d’un grand centre à Tōkyō, et les voyages de Mikao Usui contribue à populariser le Reiki au Japon. Il souhaite que le Reiki soit accessible à tous et pas contrôlé par un groupe.

Il décède le 9 mars 1926, à 60 ans, des suites d’une attaque cérébrale après avoir formé 17 maîtres enseignants, dont Chujiro Hayashi et Toshiro Eguchi qui vont grandement aider à la diffusion du Reiki de par le monde. Usui est inhumé dans le cimetière du temple Saihoji, proche de Tokyo, et en février 1927, ses élèves lui érigeront une stèle lui rendant hommage et immortalisant son passage en ce monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *